• Historique

     

    Un orgue s'en va, un autre s'en vient...

     

    Un nouvel orgue à Enghien B

    Orgue de l'église Saint-Nicolas à Enghien 1964-2017

    Historique

    Grand Orgue Detlef Kleuker (Allemagne)

     

    L'orgue de l'église Saint-Nicolas d'Enghien, restauré et installé en 1964 par la manufacture d'orgues Thunus de Malmédy, est arrivé en fin de vie. Cet instrument n'a malheureusement jamais pu fonctionner au maximum de ses capacités. De nombreux problèmes ont rapidement vu le jour, principalement dus à la grande utilisation de matériaux que l’on disait, à l’époque, « modernes », et qui ont mal vieilli : sommiers  et soufflets réalisés en aggloméré ; panneaux-bloc sujets à de nombreuses fuites ; aggloméré se décomposant ; particules dans la tuyauterie ; peaux et toiles étanches consommées, déchirées, rigidifiées, craquelées…

    Durant les cinq dernières décennies, les interventions de différents facteurs d’orgue n’ont apporté qu’une légère amélioration de ses qualités sonores, et les problèmes structurels dus aux éléments de base déficients n’ont pas pu être résolus. L’instrument a ainsi peu à peu perdu sa fiabilité. Les parties vitales de l'instrument étaient irrémédiablement atteintes. Sa reconstruction complète pour le faire fonctionner correctement ou une restauration s’avéraient impossible vu l'impact financier très élevé. De même, l'acquisition d'un instrument neuf ne pouvait être envisagée.

    La Fabrique d’église Saint-Nicolas d’Enghien a donc acheté le Grand Orgue Detlef Kleuker de la Neustädter Marienkirche à Bielefeld (Westphalie). La Manufacture d'Orgues Schumacher d'Eupen a été chargée des travaux de démontage de l'instrument en Allemagne et de son installation à Enghien. Le démontage de l'orgue a débuté le 29 août 2016.

     

    Un nouvel orgue à Enghien

    Un nouvel orgue à Enghien

     

    A Enghien, les travaux de démontage de l'ancien orgue ont débuté le 16 janvier 2017.

     Reportage de NOTELE du 16 janvier 2017

    Un nouvel orgue à Enghien B

     

    Reportage de Pierre Lagneaux, journaliste à l'Avenir.net - 3 février 2017

     

    Le 6 mars 2017, la Manufacture d'orgues Schumacher d'Eupen, commence l’installation du nouvel instrument dans le transept de l'église, devant le vitrail des Anges Musiciens (Max Ingrand 1964).

     

    Interview de Michel Van den Bossche du 6 mars 2017 - RTBF - Hainaut matin

     

    Reportage de Cathobel du 3 juillet 2017

     

    .

     

    OBJECTIFS POURSUIVIS

     

    Cet instrument n’aura pas qu’une finalité religieuse : il enrichira aussi le patrimoine local, favorisera une animation musicale de très haute qualité, permettra la formation de jeunes musiciens et invitera à la création artistique.

    Objectif cultuel

    Comme dans toute église ou temple bénéficiant d'un bel orgue, il est de tradition que l’instrument trouve d’abord son usage ordinaire dans les offices de la paroisse ; mais il est bien connu que même des gens qui ne fréquentent pas ces cérémonies attendent de lui qu'il rehausse le lustre des mariages ou qu'il apporte un « je-ne-sais-quoi » de consolation aux familles en deuil. Il doit aussi pouvoir être sollicité pour accompagner diverses cérémonies comme des baptêmes ou des cérémonies mémorielles. Plus l'orgue est de qualité, plus il lui est fait appel.

    Objectif culturel

    Bien au delà du cercle des fidèles, il satisfera les désirs musicaux de tous les mélomanes qui assisteront aux concerts qui, sans lui, ne sauraient avoir lieu. La qualité de l’instrument permettra d’attirer de grands artistes pour des concerts d’orgue seul ou d’orgue avec orchestre. Quant aux jeunes artistes récemment primés ou en voie de l’être (Conservatoires, Prix internationaux, etc.), des concerts à coût réduit pourront être organisés. Les auditions que ceux-ci donneront leur serviront d'exercice et de test ; leur jeunesse piquera plus facilement la sensibilité de ceux de leur âge. L'orgue pourra aussi accompagner des chorales avec ou sans orchestre.


    Objectif pédagogique

    La formation de jeunes organistes est aussi une des préoccupations. Si une collaboration avec l’Académie de Musique d’Enghien s’impose par principe, les Conservatoires et autres écoles avoisinantes pourront éventuellement aussi bénéficier de l'accès à l’instrument.

    Objectif artistique

    La réputation d’un orgue d’excellente qualité peut éveiller l’intérêt de compositeurs et de créateurs d’événements artistiques. L’instrument sera médiatisé pour susciter, au-delà de la région, un vif intérêt pour lui.

     

    L'ORGUE, AU SERVICE DE L'EGLISE
    par Benoit Lobet, Doyen d'Enghien - 16 janvier 2017

     

    On a commencé aujourd'hui le démontage des orgues d'Enghien - prématurément vieillies, devenues irréparables, elles devaient être remplacées et le Conseil de la Fabrique d'église a décidé d'acquérir le grand orgue Detlef Kleuker de la Neustädter Marienkirche à Bielefeld (Westphalie), magnifique instrument datant de 1970. C'est sans aucun doute un plus pour le patrimoine de l'église Saint-Nicolas et pour la Cité d'Arenberg tout entière, c'est un investissement rempli d'espérance dans le futur de la Ville d'Enghien, un futur indissociable de sa richesse culturelle, et notamment musicale. D'ici deux mois, environ, nous pourrons bénéficier de cette nouvelle merveille.

    Une occasion peut-être de rappeler la fonction de l'orgue dans l'église, en évoquant ce mot admirable de la poétesse Marie Noël : "La musique, là où le son triomphe de n'avoir pas de sens." Ainsi la musique n'est-elle pas un ornement accessoire dans la liturgie, mais elle en est aussi le lien et la trame, qu'il s'agisse de la voix humaine ou de celle de tous les instruments qui enchantent -qui "font chanter"- nos oreilles et nos cœurs.

    Parmi ces instruments, l'orgue occupe depuis longtemps en Occident une place privilégiée, avec une ambition qui recoupe exactement celle de l'Eglise célébrante : que l'Univers entier soit associé à sa prière. L'orgue, oui, veut résumer les voix du monde - certains imaginent même des voix d'ange! De ses voluptés sourdes à ses tonitruances, de ses alizés à ses orages, il déverse dans nos nefs les océans ou les ruisseaux de toutes les musiques. Les compositeurs ont tenté, et continuent de capturer ces sons innombrables, quelquefois même de les discipliner- on admire, chez Bach par exemple, pareille prouesse de dompteur. Les interprètes sont eux aussi des créateurs, car jouer, c'est non pas recueillir du sens déjà là, mais en créer à chaque fois qu'on ose toucher le clavier.

    Nous nous réjouissons tous de ce surcroît de beauté dans notre église !

     

    .

     

     

    Sources :

    Kirchenmusik-Bielefeld.de
    Rendez-vous avec Benoit Lobet
    Association des Amis de l'Orgue de l'Isle-Adam
    YouTube
    Wikipedia